Philippe Jaenada – La désinvolture est une bien belle chose ·  Philippe Jaenada – La désinvolture est une bien belle chose · 
Philippe Jaenada – La désinvolture est une bien belle chose ·  Philippe Jaenada – La désinvolture est une bien belle chose · 
Philippe Jaenada – La désinvolture est une bien belle chose ·  Philippe Jaenada – La désinvolture est une bien belle chose · 
tarif : 7 € — adhérent : 2 €
Rencontre
mardi 1 octobre 2024
19h

Philippe Jaenada – La désinvolture est une bien belle chose

Entretien mené par la revue La Femelle du Requin

Tandis qu’au volant de sa voiture de location, il fait le tour de la France par les bords, Philippe Jaenada ne peut s’ôter de la tête l’image de cette jeune femme qui, à l’aube du 28 novembre 1953, s’est écrasée sur le trottoir de la rue Cels, derrière le cimetière du Montparnasse. Elle s’appelait Jacqueline Harispe, elle avait vingt ans, on la surnommait Kaki. Elle passait son existence Chez Moineau, un café de la rue du Four où quelques très jeunes gens, serrés les uns contre les autres, jouissaient de l’instant sans l’ombre d’un projet d’avenir. Sans le vouloir ni le savoir, ils inventaient une façon d’être sous le regard glacé du jeune Guy Debord qui, plus tard, fera son miel de leur désinvolture suicidaire.

Dans ce livre magnifique, Philippe Jaenada a cherché à savoir, à comprendre pourquoi une si jolie jeune femme, intelligente et libre, entourée d’amis, une fille que la vie semblait amuser, amoureuse d’un beau soldat américain, s’est jetée, un matin d’automne, par la fenêtre d’une chambre d’hôtel.

À lire

Philippe Jaenada, La désinvolture est une bien belle chose, Mialet-Barrault, 2024. La Femelle du Requin n°59.