Dolores Prato – Bas la place y’a personne ·  Dolores Prato – Bas la place y’a personne · 
Dolores Prato – Bas la place y’a personne ·  Dolores Prato – Bas la place y’a personne · 
Dolores Prato – Bas la place y’a personne ·  Dolores Prato – Bas la place y’a personne · 
tarif : 0 € — adhérent : 0 €
jeudi 6 décembre 2018

Dolores Prato – Bas la place y’a personne

Rencontre animée par Francesca Isidori
Avec Laurent Lombard & Jean-Paul Manganaro, traducteurs Lecture d’extraits par Mélanie Traversier

Bas la place y’a personne n’est pas un récit d’enfance comme les autres. Il s’agit, pour reprendre les mots de Jean-Paul Manganaro, d’un « long ruban narratif qui essaie de nouer pour les enchaîner les uns aux autres les lambeaux de ce que fut une enfance », une enfance marquée par une blessure fondatrice – celle de l’abandon – que Dolores Prato tente de reconstruire par le filtre des mots et des choses. Il en résulte une langue très singulière, poétique, d’une extrême beauté. Une entreprise proustienne qui justifie les 892 pages du récit monumental. Œuvre majeure du XXe siècle, le livre a connu diverses vicissitudes éditoriales. Écrit sur de longues années et terminé à l’aube des 90 ans de l’auteure, il sera publié en version réduite par les soins de Natalia Ginzburg avant la disparition de Dolores Prato (1892-1983). Voici aujourd’hui sa version définitive.

À lire

Dolores Prato, Bas la place y’a personne, trad. de l’italien et postface par Laurent Lombard et Jean-Paul Manganaro, Verdier, 2018.